Le petit train fantôme de RCF1 à Roubaix

Publié le 4 décembre 2018

Pour l’édition 2018 d’Expériences Urbaines à Roubaix, j’ai réalisé un petit train en bois qui fut peint pendant deux jours par RCF1 aka Jean Moderne et les enfants de la ville. Figure incontournable de la scène graffiti, son travail porte l’empreinte du graffiti dur, celui des tags et des trains peints dans l’urgence, sans croquis. RCF1 développe un style plus marqué par une attitude rock que par le muralisme virtuose et propret. De la pratique du graffiti « vandale » RCF1 entretient le geste spontané et le sentiment d’urgence, tant dans son travail en galerie que pour ses fresques monumentales. Influencé par le mouvement MOD dans son adolescence, il commence la peinture en dessinant sur les parkas de ses amis et en bombant les murs de scooters au pochoir. En 1988, il interrompt des études d’histoire de l’art lorsqu’il découvre le graffiti new-yorkais. Pour lui l’Aérosol Art réinvente la peinture à un moment où l’art conceptuel semble l’avoir emporté. Son style, marqué par la culture rock, est signé d’un acronyme portant les initiales d’une chanson des Clash : Rudie Can’t Fail.

En 1993, RCF1 abandonne un temps les lettres pour des points d’exclamation ressemblant à des fantômes, lesquels influencent le street-art alors naissant.  Voici ci-dessous quelques photos du projet, réalisé avec le soutien du Bureau d’Art et de Recherche (BAR) de Roubaix (Galerie QSP):

« Roubaix » by Aplick / DBA /2018